LIVRES.

Droit.

Page d'Accueil/Homepage. English Page. Page Française. Working Papers. Les Travaux. 

Retour Livres.

La réglementation en vigueur autorise les courtes citations à titre d’exemple.

4 titres.

Badinter, Robert. L’Exécution.

Vergès, Jacques (Maître), J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.

Bigot, Josiane. Des enfants sans voix ni lois. Un juge des enfants parle …  

Ferry, Luc avec Darco, Xavier et Haigneré, Claudie. Lettre à tous ceux qui aiment l’école.

*

Badinter, Robert. L’Exécution. Paris : Grasset et Fasquelle – Le Livre de Poche. 1973. ISBN 2 253 01122 3.

Extrait.

Comme j'aimais écrire, l'on m'avait affecté à la rédaction des fausses lettres de rupture ou d'insulte censées fonder une décision de divorce qui en réalité entérine l'accord entre les parties. Je rédigeais ainsi tour à tour les billets de l’amant à sa maîtresse, que le mari était censé avoir surpris par hasard.

Page 19.

Commentaire.

En 1973, la peine de mort était encore en vigueur en France. Elle ne disparut qu’en 1980 avec l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir et la ratification du protocole numéro neuf de la Convention Européenne des Droits de l’Homme interdisant la peine de mort.

Il est clair que c’est bien plus qu’un cas de conscience que de ne pas avoir su défendre une personne, qui, quoi que criminel, n’a commis aucun crime de sang, et va tout de même à l’échafaud. Si c’est un roman, il n’en reste pas moins que Robert Badinter à connu un cas proche de celui-ci dans sa profession d’avocat, comme Thierry Levy, aujourd’hui membre réputé du barreau de Paris. Cela nous renvoie surtout au cas américain plus qu’à notre propre exemple français. La peine de mort n’existe plus, et c’est précisément Robert Badinter, alors ministre de la justice qui avait défendu le projet de loi abolissant cette peine en 1980.

31/03/2003.

Vergès, Jacques (Maître), J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.  Paris : Éditions La Table Ronde, 1998, 236p. ISBN 2 7103 0873 8.

C’est sans doute le plus célèbre des avocats pénalistes en France. Avocat des causes perdues (Klaus Barbie), Jacques Vergès, tente de démontrer par ce titre « percutant » et moins de 250 pages que le métier d’avocat peut être le meilleur (et pas le pire, comme c’est en fait souvent le cas). Il est évident que ce métier « mythique » est séduisant sous le regard d’un homme qui, en fait, a eu une vie, globalement bien différente de celle de beaucoup d’hommes. Jacques Vergès n’est pas un pénaliste comme les autres. Avec lui on apprend que l’ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy aurait été « suicidé » et aussi, mais cela je ne le sais que trop, que ce n’est pas nous, juristes, qui sommes les plus honnêtes, bien au contraire … Passionnant pour le juriste que je suis et sans doute pour les autres aussi.

20-29 juin 2001.  

Bigot, Josiane. Des enfants sans voix ni lois. Un juge des enfants parle … 2000. Editions Gérard Watelet Pygmalion : Paris. 195p. ISBN 2 85704 641 3.

Extraits.

Peut-on parler d'incapacité de gestion, lorsqu'on dispose pour seuls revenus du RMI et des allocations familiales, lorsqu'on « craque » pour un vêtement ou du matériel audiovisuel, biens de base de notre société de consommation ? Faisant fi de ma mau­vaise conscience, je suis malgré tout convaincue que cette mesure doit être développée car, pour les familles sur endettées, elle est souvent un rempart face à l'achar­nement des créanciers et des huissiers. Elle permet l'obtention de délais supplémentaires, voire la mise en place d'une procédure de surendettement, ou d'une faillite civile personnelle, régime propre à l'Alsace. Moi qui côtoie ces familles en difficulté depuis plus d'une ving­taine d'années, j'affirme qu'il y a un retour de la paupérisation : certains enfants ne mangent pas à leur faim, leurs parents non plus. Une simple participation à des frais scolaires ou à des frais de vacances se révèle bien trop lourde pour leur bourse. Comment ne m'insurgerais‑je pas lorsque j'entends des propositions de pénalisation pécu­niaire supplémentaire comme par exemple des amendes infligées à des parents qui n'auraient pas su élever leurs enfants correctement ? Elles ne se justifieraient que dans des situations totalement exceptionnelles, par exemple des parents qui soumettraient leurs enfants à une exploi­tation sexuelle, ou à un trafic quelconque.

Page 77.

Ces jeunes savent maintenant qu'ils vont gros­sir les chiffres des inactifs pour de longues années. Comment s'étonner alors qu'ils se lancent dans une éco­nomie parallèle, faite de petits ou de grands trafics, qu'il convient néanmoins de dénoncer et de combattre ? Une guerre qu'il faut absolument mener contre « une struc­ture mafieuse » : les gains souvent importants qu'elle permet de réaliser jettent le discrédit sur un travail « honnête » payé au SMIC.

Page 89.

Commentaires.

La « victimisation » des coupables n’est pas forcément propre à emporter l’adhésion, mais peut-on dire que tout est faux dans ce que dit ce juge ? Certainement pas. Il faudra que la société mondialiste comprenne un jour que ce n’est pas en traitant le mal qu’on le prévient et que ce n’est pas en excluant que l’on inclut. A ce jeu, dont les responsables ne sont nullement, en effet les coupables, on arrive tout droit vers la privatisation du milieu carcéral et à sa croissance dramatique comme aux États-Unis d’Amérique où un homme sur onze passera derrière les barreaux au moins une fois, et un homme sur quatre parmi les noirs. Une idée séduisante ? Sans doute, sauf si cela vous concerne directement … Nul n’est à l’abri de l’arbitraire judiciaire, même en France, qui, c’est bien connu, n’a pas la meilleure justice du monde sachant que ce sont les États-Unis qui détiennent ce label, au moins à la télévision.

Ferry, Luc avec Darco, Xavier et Haigneré, Claudie. Lettre à tous ceux qui aiment l’école. Pour expliquer les réformes en cours. Paris : Odile Jacob et CNDP 2003. 181 pages. ISBN 2 7381 1304 4 et 2 240 01029 0.

Comment un livre si creux a pu causer tant d’ennuis ?  Le constat de la difficulté d’apprentissage de la lecture et de l’écriture qui est « intolérable », on est bien d’accord. Il est dû à une démission devant l’apprentissage traditionnel (ce que les enseignants n’acceptent pas d’entendre). A contrario, il faut encourager la recherche uniquement scientifique (puisque le reste de la recherche ne sert à rien, je suis bien placé pour le savoir et qu’il faut que le ministre de la recherche puisse « remonter » dans l’espace). Il y a surtout des déclarations de bonnes intentions et on ne voit pas vraiment en quoi la décentralisation sera améliorée lorsque le personnel d’entretien de l’éducation nationale sera payé par les collectivités territoriales. Il y a peut être plus grave que cela à traiter …

10/06/2003.

HAUT.TOP.


This page created on January 22nd, 2003. This page last updated on June 10th, 2003.
Copyright Laurent D. FAURE and NEUROMEDIA 2003.